Skip to content

Termomacchine investit dans l’impression 3D pour produire ses systèmes de traitement thermique par induction

"L'impression 3D répond aux besoins de l'industrie du chauffage avec Markforged X7. Gagnez du temps et de l'argent. Lisez notre étude de cas Termomacchine."

read more
Sur la photo : Edoardo Furferi (Sales 3DZ) et Bruno Gili (Président de Termomacchine)

Termomacchine utilise l’impression 3D dans le secteur de traitement thermique par induction.

La société italienne Termomacchine a été fondée en 1976 . Son activité consiste à concevoir, fabriquer et commercialiser des systèmes de traitement thermique par induction électromagnétique. Engagé dans la recherche et l’innovation technologique, et pour répondre aux besoins d’un marché en constante évolution, la société a décidé d’acquérir une imprimante 3D pour l’intégrer dans son processus de production.

Sous la direction experte de la famille Gili, le choix de recourir à la fabrication additive comme alternative à l’usinage traditionnel, est le résultat d’une analyse minutieuse du temps et du coût de production. S’appuyant sur l’expertise de 3DZ Termomacchine a retenu l’imprimante Markforged X7.

Avec l’imprimante Markforged X7, ils ont pu produire par exemple, la fermeture frontale du couvercle d’une machine à souder par induction.

« L’impression 3D permet d’expérimenter de nouvelles solutions sans modifier toute la chaîne d’approvisionnement, ce qui réduit considérablement les délais et les coûts de production » déclare Bruno Gili, président de Termomacchine. « De nombreuses pièces fabriquées aujourd’hui avec l’impression 3D – poursuit Bruno Gili – étaient produites auparavant par l’atelier. Les économies réalisées sont considérables, avec l’avantage supplémentaire de pouvoir utiliser l’imprimante 24 heures sur 24, remédiant ainsi aux urgences ou aux problèmes de toute nature technique. »

Les objectifs atteints grâce à l'impression 3D

  • La liberté d’expérimenter de nouvelles géométries, ce qui ne peut pas être réalisé par l’utilisation de machines-outils,
  • La possibilité de déconnecter la géométrie de la pièce du prix de revient. Le coût n’est plus lié à la géométrie mais la résultante du temps de production et de la matière utilisée,
  • Évaluation des prototypes préliminaires à coûts et temps réduits lors des différentes étapes de la conception,
  • La possibilité de déterminer la section interne d’un composant en faisant varier les caractéristiques mécaniques,
  • La possibilité de combiner plusieurs matériaux sur différentes couches,
  • Aucun délai entre l’étape de conception et le lancement de la production de la pièce.

Merci à Bruno Gili, Alessio Pipoli et Edoardo Furferi.

This site is registered on wpml.org as a development site.